c'était en 2016‎ > ‎

Sous contrôle

le propos

Au sein d’un état de surveillance généralisée, sympathisants et opposants au régime s’espionnent dans une atmosphère de paranoïa permanente qui n’est pas sans créer de graves troubles des identités et des comportements. Mais ne seraient-ils pas, en réalité, les simples acteurs d’une série télé ?

Présentation

Sous contrôle est une pièce-monde, une pièce-paysage, qui, en vingt-et-une séquences et une vingtaine de personnages, dresse le portrait fragmentaire, éclaté, d’un univers de surveillance généralisée et de ses conséquences sur la population : paranoïa permanente, trouble identitaire, confusion entre réalité et fiction. Par l’intermédiaire de ces multiples séquences, comme autant de fenêtres ouvertes sur cet univers, il nous est donné de faire connaissance avec les différents rouages d’une société, les différents habitants d’une réalité qui apparaît comme un reflet à peine déformé de la nôtre. Mais plus nous avançons dans la découverte de ce monde, plus les frontières qui devraient le structurer (politique/spectacle, fiction/réalité...) se révèlent caduques. Nous nous enfonçons alors dans un espace incertain où l’intérieur et l’extérieur des écrans semblent avoir fusionné à jamais.

extrait : LA FEMME QUI PENSE QUE SA VIE EST UNE SÉRIE TÉLÉ.

Je viens vous voir parce que, voilà, j’aimerais que vous arrêtiez de tourner votre série sur moi. Oui, j’aimerais vraiment que vous mettiez un terme à votre programme, parce que, c’est bon, je sais que vous me filmez jour et nuit, où que je sois, que tous les gens que je connais, que je côtoie, sont des acteurs que vous employez, qu’ils jouent tous un rôle que vous avez écrit, c’est bon, j’ai compris. Ça ne sert à rien de faire semblant, de faire comme si vous ne compreniez pas, je sais très bien que tout est mis en scène, que tout est minutieusement préparé, que toute ma vie n’est en réalité qu’une série que vous tournez depuis longtemps, j’ai bien compris, vous pensiez quoi, que je ne finirais jamais par me rendre compte ? Et voilà, maintenant, j’aimerais que vous arrêtiez, c’est tout. J’aimerais que vous cessiez de me filmer partout où je vais, que vous arrêtiez de me faire croire que tout est normal absolument normal alors que je sais très bien que vous les payez tous pour qu’ils jouent leur rôle. Remarquez, ils jouent très bien, ce n’est pas là le problème, à part peut-être celui qui joue mon père, voilà, celui-là, je trouve qu’il surjoue un peu, que son jeu est un peu forcé, voilà, un peu trop incarné peut-être...

Comments