C'était en 2014‎ > ‎

Les Bonnes de Jean Genet, Cie des trois coups

Jean Genet


 Jean Genet, écrivain, poète et auteur dramatique, naît à Paris le 19 décembre 1910. Sa mère l’abandonne à la naissance. Pupille de l’Assistance publique, il est placé dans une famille du Morvan. Très jeune il commet son premier vol et éprouve ses premiers émois homosexuels, éléments fondateurs du mythe Genet. Dès son adolescence il commence une existence marginale et rebelle, passant par la colonie pénitentiaire de Métray, la légion étrangère et la prison à plusieurs reprises. C’est d’ailleurs à Fresnes qu’il commence sa première oeuvre, en 1942, Le condamné à mort. Genet est un perfectionniste, obsédé par la beauté du mot. Plusieurs romans autobiographiques vont suivre - Notre Dame des fleurs (1944), Miracle de la rose (1946), Querelle de Brest (1947), Pompes funèbres (1947) - mais ces premiers romans sont censurés car jugés pornographiques. Jean Cocteau et Jean-Paul Sartre le font découvrir et le défendent, l’un en lui évitant la prison à perpétuité et l’autre en écrivant, en 1952, Saint Genet comédien et martyr

A partir de 1947, Genet écrit essentiellement des pièces de théâtre, protestations sociales et politiques : Les bonnes (1947), Haute surveillance (1949), Les nègres (1959), Les paravents (1961). Il met en place avec Michel Foucault un observatoire des prisons, prend parti pour les indépendantistes algériens, s’engage auprès des Black Panthers et des Palestiniens : Le captif amoureux (1986) et L’ennemie déclaré (posth. 1991) en sont l’illustration. 

Il n’attire plus les foudres de la critique et est un des auteurs dramatiques les plus joués du répertoire français. Il obtient en 1983 le Grand Prix national des lettres et sert d’inspiration aux auteurs de la Beat Generation. 

Il meurt à Paris le 15 avril 1986. 

La pièce

Les Bonnes de Jean Genet

Claire et Solange sont deux soeurs, deux bonnes au service de Madame.

Mais entre fantasmes et réalités, entre haine et adoration, les confusions sont

telles que Claire et Solange s’y perdent….

« Les deux bonnes sont là – les dévouées servantes ! Devenez plus belle pour

les mépriser. Nous ne vous craignons plus. Nous sommes enveloppées,

confondues dans nos exhalaisons, dans nos fastes, dans notre haine pour vous.

Nous prenons formes,

La troupe


La compagnie des Trois Coups est une association Loi 1901 créée en Septembre 2005 par la

passion du théâtre de 10 amis âgés alors de 12 à 25 ans issus de l’atelier théâtre d’une MJC.

L’unique but est alors de faire plaisir et prendre du plaisir en montant des pièces de théâtre

et en les partageant avec le public.

Aujourd’hui la troupe est composée de 5 personnes âgées entre 20 et 27 ans dont 4

comédiens et un régisseur :

- Emilie Anese, comédienne

- Thibault Dupont, régisseur

- Sandra Hopin, comédienne

- Cécile Konstadinu, comédienne

- Vincent Petit, comédien ou régisseur plateau

La troupe monte des pièces originales ou des créations.

Elle participe également à de nombreux projets annexes telles que les sons et lumières de la

ville du Mée sur Seine en 2006 et 2007, une soirée conte au Mas au Mée sur Seine en 2007,

la participation à l’évènement Depays’art en 2008, des rencontres théâtrales avec

notamment l’association Elan 2 en 2009 ou le village d’enfants du Mée sur Seine en 2013, un

diner spectacle au restaurant le Vaugrain en décembre 2009, interventions en lien avec la

MJC du Mée sur Seine notamment mise en scène du spectacle de fin d’année en juin 2012 et

juin 2013, participation à des reconstitutions historiques au Château de Maintenon en 2011,

2012 et 2013,…

Le texte

Vous pouvez avoir accès au texte en cliquant sur "les bonnes PDF".
Ċ
Administration du compte,
19 juil. 2014 à 00:56
Comments